Cuisine

10 fruits et légumes de mars sous les projecteurs

Bonjour les ami.e.s ! J’espère que vous avez passé un très bon week-end et que vous êtes reposé.e.s pour attaquer cette nouvelle semaine qui débute. Moi, ça va. Dernière semaine à reposer petit pied (mon panard hein, pas le dinosaure 😛 ) à la maison. Mon moral a remonté la pente de manière spectaculaire depuis que je respire à nouveau de l’oxygène et que je peux un peu plus quitter ma grotte. J’appréhende la reprise, pour plein de raisons différentes allant du « ça va être une BELLE merde dans les transports » à « horreur, enfer et damnation, ce taf, je n’en PEUX PLUS ». M’enfin, c’est pas trop comme si j’avais le choix (vous savez, cette fichue impossibilité de vivre d’amour et d’eau fraîche…) et vu que je suis en train de devenir une véritable mangrove vivante tellement je m’enracine sur place, il va falloir que je prenne sur moi.

Ce qu’il y a de positif, c’est que j’ai plus ou moins retrouvé mes marques et que je peux m’organiser correctement pour vous proposer mes articles. C’est donc avec un émerveillement sans bornes que vous allez pouvoir constater que je suis à l’heure ! « A l’heure pour quoi », me demande la foule en délire ? 😀 Ben c’est comme Cristalline mes biquets, ça coule de source ! Pour vous donner des tas d’idées recettes pour 10 fruits et légumes que mère nature fait pousser dans les jardins en ce mois de mars un tantinet frisquet. Suivez le guide les enfants !

Potimarron

Le Potimarron: Il faut se dépêcher pour consommer cette excellente courge, car il me semble qu’on arrive en bout de saison. C’est un truc que je pourrais manger sans fin. Le grand classique, c’est la soupe, on est bien d’accord, mais il y a TELLEMENT de possibilités ! Vous pouvez le manger cru, en fines lamelles, assaisonné comme une salade, vous pouvez le rôtir au four avec des épices (je conseille ce mode de cuisson ++) et fait intéressant, si votre potimarron est bio, vous pouvez même manger la peau (ça évite de finir en sueur, l’œil hagard, après avoir passé 35 minutes à en éplucher la moitié, de riper, de se trancher un doigt et de passer 5 heures aux urgences pour 2 points de suture 😉 ). Cette courge est également excellente en purée, coupée en gros cubes et cuite à l’eau ou à la vapeur, laquée au miel…Je finis en vous donnant deux SUPER recettes trouvées une fois de plus sur le super blog « Un déjeuner de Soleil » : pourquoi ne pas tenter le curry végétarien (http://www.undejeunerdesoleil.com/2017/11/curry-vegetarien-potimarron-pois-chiches.html) ou encore le risotto à la courge, que j’ai moi-même cuisiné la semaine passée et qui s’avère être une petite tuerie (http://www.undejeunerdesoleil.com/2015/11/risotto-courge-butternut-comte.html). Ludo a même déclaré qu’il ne comprenait pas pourquoi je ne faisais pas du risotto toutes les semaines. Euh, c’est gentil, le compliment me va droit au cœur, mais j’ai pas vraiment envie que mon cul se transforme en cathédrale. Y’a du fromage là dedans, soyons raisonnables, enfin 😛

Morille

La Morille: J’avoue que je n’ai pas toujours le réflexe d’acheter ce petit champignon tout fripé et que je ne me dirige pas forcément vers des plats qui en contiennent quand je vais au resto. Pourtant, j’aime ça ! Les poêlées de champignons, c’est la vie 🙂 Cependant, si je ne m’abuse, les morilles, ça coûte un bras non ? J’ai un vague souvenir d’un nouvel an assez éloigné où l’on avait voulu faire une poularde au vin jaune et aux morilles et où on avait frôlé la crise d’apoplexie en découvrant les tarifs des deux ingrédients principaux…Après, c’est comme ça, quand on veut de la qualité, on paye et si les champignons sont sauvages, la récolte prend encore plus de temps. On classera donc la morille dans le petit plaisir à se faire une fois de temps en temps. Et si on se le faisait ce fameux poulet ? Voici une recette qui devrait séduire petit.e.s et grand.e.s : https://www.ricardocuisine.com/recettes/4747-poulet-aux-morilles. Sinon, je vous ai dégoté une idée pour l’apéritif, où le champignon est décliné en cannelé et associé au parmesan – cela dit, je pense que l’on peut sans problème adapter si l’on ne possède pas ce moule (http://www.csecretsgourmands.com/article-canneles-morilles-parmesan-63247741.html). En accompagnement, une petite poêlée beurre – persil et le tour est joué ! Je la vois aussi en sauce avec de la crème (très grand classique) ou encore avec une réduction forestière, dans le cas où vous auriez cuisiné du gibier (on déglace le fond de la cocotte avec du bouillon et on laisse réduire – jetez vos morilles en fin de cuisson).
Persil

Le Persil : Un incontournable du jardin ! En plus, la chose indéniablement positive, c’est que cette plante aromatique ne crève absolument jamais (mis à part si vous vivez dans l’équivalent de la Sibérie, un peu comme chez nous en ce moment – rendez-vous compte, on a eu tellement de pluie verglaçante, que les vitres de ma Micra s’étaient transformées en véritables vitraux d’église – dieu merci, je n’ai retrouvé aucun prêtre dans ma voiture 😆 Tu t’égares Manon, tu t’égares !). Le persil assaisonnera à merveille toutes vos folies culinaires : dans les salades, en fin de cuisson dans les plats mijotés, en infusion dans les bouillons, saupoudré sur les soupes. Pensez aussi au fameux tabouleh libanais : vous m’en hachez un bon gros bouquet, vous ajoutez du boulgour, du citron (de saison lui aussi, c’est t’y pas formidable ?), de l’oignon et de l’huile d’olive et c’est le paradis sur terre (et de grâce, posez moi cette tomate et cette menthe fraîche ! Elles rentreront à nouveau dans la danse cet été). J’ai trouvé un truc pas commun : le pesto de persil, qui ravira surement les amateurs.rices et qui, je pense, tiendra sans problème tête à son rival de l’été, réalisé avec du basilic. La recette est ici : http://www.macuisinesante.com/recipe-items/le-pesto-de-persil/. Je termine avec une BOMBE atomique, j’ai nommé le préfou. Un pain tout moelleux fourré avec du beurre à l’ail et au persil. Que-dire-de-plus ? J’en salive déjà et chose formidable, c’est extrêmement simple à faire :  http://www.epicetoutlacuisinededany.fr/2017/08/prefou-a-l-ail-et-au-persil.html.

Fenouil

Le Fenouil : Je ne m’épancherais pas plus que les autres mois car ce bulbe anisé est un de mes grands classiques. Sa palette gustative est tellement variée que ça en fait, à mon sens, un des légumes les plus intéressants à cuisiner (en un mot, je kiffe 😉 ). Cru, à croquer simplement ou en salade, son petit côté anisé accompagnera à merveille tous vos poissons et fruits de mer. Cuit à l’eau, à la vapeur, rôti au four (*bave*), dans les soupes ou les purées, il s’adoucit considérablement et perd presque complètement sa puissance anisé qui peut déranger certaines personnes. Je vous ai dégoté une petite recette de gratin dauphinois où il est allié à l’incontournable pomme de terre  https://www.julieandrieu.com/recettes/144-gratin-dauphinois-fenouil.html et une façon toute bête mais géniale de le préparer : confit au four et généreusement arrosé de citron (https://amandebasilic.com/fenouil-pommes-de-terre-confits-citron/). Ça vend du rêve, non ? En exclusivité mondiale et parce que je suis totalement la fille qui pourrait arborer un T-shirt « Le fenouil c’est la vie », une petite recette sucrée, de fenouil confit au sucre, qu’il faut que j’essaie sans plus attendre (https://bouffeasam.wordpress.com/2016/05/28/fenouil-confit-au-sucre/).

Chou pommé

Le Chou Pommé : Idem pour le chouchou, ça sent la fin ! On ne pourra plus en profiter très longtemps et je vous exhorte à vous en procurer tant qu’il temps. J’ai trouvé une suggestion très originale – qui change du sempiternel « chou braisé, saucisse » que Ludo pourrait manger tous les deux jours avec le même enthousiasme renouvelé 🙄 – la quiche au chou ! Petite pâte brisée maison, bacon (ou pas pour les végétarien.ne.s), appareil à quiche et roulez jeunesse ! (pour le pas-à-pas, c’est par ici : https://aufilduthym.fr/quiche-au-chou-vert-et-au-bacon/). Le chou pommé est parfait juste cuit dans un bouillon aromatique (avec lequel vous pouvez l’arroser au moment du service, façon potée lorraine), mixé (ou pas d’ailleurs) en soupe, braisé en cocotte, cuit simplement à la vapeur ou à l’eau, farci avec de la viande ou une garniture végétarienne. Comme nous avions découvert la purée de haricots verts (cette tuerie !) sur un site qui postait des recettes pour bébés, je vais toujours faire un tour de ce côté et je vous ai trouvé une petite purée de chou (ça doit FORCEMENT déchirer 🙂 ) : https://www.cuisine-de-bebe.com/recette/chou-vert-pomme-de-terre-jambon/ dans laquelle on peut retirer le jambon si besoin. Pour mes ami.e.s végétarien.ne.s – vegans ou qui essaient simplement de réduire leur consommation de viande, voici une vraie bonne idée : des petites galettes de chou, sur le principe des râpés de pomme de terre : http://francevegetalienne.fr/nos-crations/2016/12/15/galettes-de-chou-vgtalien-vegan. Ce légume offre tellement de possibilités différentes qu’en acheter un entier ne vous effrayera même plus !

Noix

La Noix : Ah ah, le fameux truc dont j’ai environ deux tonnes cinq dans ma cuisine depuis pas loin d’un an mais qui est… toujours en coquille ! J’ai du subtiliser le casse-noix de ma gentille maman pour pouvoir m’attaquer définitivement à la falaise et réduire tout ce beau monde en cerneaux (ce que je compte bien faire cet après-midi devant une merdouille télévisuelle – et je me rends compte avec horreur que je me transforme en véritable Desperate Housewive frustrée qui casse des noix devant Derrick –brrrr, ça fait froid dans le dos, vivement que je reprenne une vie sociale 😆 ). Ce qui est bien, c’est qu’une fois en cerneaux, ça ne bouge plus des masses et ça motive à les utiliser. Je continue avec mon obsession pour les pâtes avec un petit pesto de noix, qui m’a l’air d’une gourmandise sans limites et que je vais m’empresser de réaliser cette semaine (http://cuisinemoiunmouton.com/pates-au-pesto-de-noix/). La noix est juste fabuleuse en accompagnement d’une viande rôtie au four, directement dans la cocotte (encore mieux si vous avez la possibilité de mettre les noix dans un plat au fond du four et de cuire la viande en question sur grille pour que – attention les yeux – le gras s’échappe et nappe vos noix – Indécence la plus totale, je crie ton nom !). Elle ira à merveille avec les salades composées (laitues de toutes sortes ou endives) et fonctionne très bien en topping pour les soupes. Dans le sucré, c’est top le matin au petit dej avec un yaourt composé (mon incontournable), dans les verrines, caramélisées en tarte avec de la poire ou de la pomme et pourquoi pas en petit gâteau des familles, avec un gros plus pour l’association avec le miel (http://www.lacuisinedebernard.com/2013/11/le-gateau-au-miel-et-aux-noix.html).

Echalote

L’Echalote : Ce petit bulbe est un must absolu dans les salades, composées ou non. Ça apporte le petit twist, ce petit piquant indispensable. Le problème, c’est qu’on est tellement conditionné.e.s à l’utiliser ainsi qu’on en oublie presque tout ce que l’on peut faire avec !   Pourquoi ne pas tenter la Tatin à l’échalote confite, la tarte à l’échalote façon tarte à l’oignon, une recette aussi simple que celle-ci : https://magazine.laruchequiditoui.fr/legumologie/echalote-amie-de-lhomme/echalotes-four-a-vinaigrette/ qui consiste à les cuire au four puis à les assaisonner en vinaigrette (il faut que je me lance ! Cerise sur le gâteau, c’est juste ultra simple !). Vous pouvez l’utiliser crue et la parsemer sur des salades ou sur des soupes. Vous pouvez la faire frire en tempura. Vous pouvez céder à la folie pure et en faire un confit que vous pourrez tartiner généreusement dans un burger (http://cuisinemoiunmouton.com/burger-bacon/). Je vous ai aussi dégoté une idée de Thierry Marx (qu’au demeurant je n’apprécie pas trop, je trouve que ce mec se la raconte à mort…Manon Woodstock et son grand désamour pour les chef.fe.s médiatiques 🙄 Mais bon, là, je dois m’incliner et reconnaître que l’idée est brillante) qui fait confire de grosses échalotes dans du bouillon de volaille, les mixe et y ajoute de la crème fraîche montée  (https://www.youtube.com/watch?v=V5-4WLT96Us). Je crois que ça se passe de commentaires tant ça a l’air démoniaque 👿

Oignon

L’Oignon : Faut qu’j’vous dise un truc à ce sujet. Parce que j’ai juste mangé le plat le plus fabuleux du monde pas plus tard que la semaine dernière. Et il en contenait. Il s’agit de la gratinée à l’oignon. S’il était possible de se marier avec un plat, de convoler façon « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », je crois que je choisirais celui-là sans l’ombre d’une hésitation. Nous avions donc, lors d’une recette à 4 mains dont on a le secret, fait un petit bouillon bien balancé (avec une carcasse de poulet – spécialement acheté pour l’occasion). Puis Ludo a fait confire les oignons, tout doucement, en les remuant jusqu’à ce qu’ils deviennent marrons (plus de 20 minutes), a ajouté un peu de farine, et les a plongés langoureusement dans le bouillon de volaille, qui n’attendait que ça, le coquin 😛 Une tranche de pain au levain généreusement garnie de gruyère, un tour au grill et…Jésus Marie Joseph, que c’était bon !! C’est tout bête, ça prend pas tant de temps que ça et quelle tuerie ! Je vous conseille x1000. L’oignon sera aussi excellent cuit entier au four sur un lit de gros sel (essayé et approuvé !), en pickles avec du vinaigre, dans les salades composées, dans tous les plats mijotés et les soupes. Je ne saurais vous conseiller le chutney maison, que l’on peut imaginer en accompagnement d’à peu très tout et n’importe quoi (http://www.evacuisine.fr/archives/2011/11/23/22690660.html), mais aussi, assumons et soyons totalement cochons 😀 frits en onion rings (http://jesuisunpetitcuisinier.fr/fr/2016/12/beignets-doignon-a-la-biere.html) Eh ben dis donc Marcel, on est bien loin de l’article détox de janvier, c’est moi qui te le dit ! Arf, c’est comme ça, chassez le naturel, il revient au galop !

Topinambour

Le Topinambour : Je reviens une fois de plus sur l’histoire de l’astuce à deux balles de Manon Woodstock (Copyright officiel – donnée il y a quelques mois, quand j’étais encore jeune et bête), ON NE CUIT PAS LE TOPINAMBOUR POUR l’EPLUCHER ENSUITE.  Je me suis rendue compte que mon astuce était d’un non-sens absolument total quand je me suis retrouvée, les mains à demi ébouillantées, à éplucher mes topinambours brûlants à l’économe (#encoreunevictoiredecanard 😀 ). Donc vous épluchez ces machins biscornus au péril de votre vie (ça en vaut la peine) ET vous les cuisez. On évitera ainsi quelques drames. Ce légume ancien est excellent précuit puis sauté dans un peu de beurre (avec des champi pour améliorer l’ordinaire : http://www.chezrequia.com/archives/2012/02/01/23415512.html), coupé en petits tronçons (1 cm) puis rôtis au four. Son petit goût d’artichaut fait merveille dans les soupes et les purées, mais aussi, plus étonnant, dans les tartes avec son pote le panais (http://lesrecettesdejuliette.fr/article-tartelettes-aux-panais-topinambour-et-noix-111552564.html).

Citron

Le Citron : En dessert, cet agrume est un peu comme Ryan Gosling ou mon médecin traitant, il me fait défaillir (je vous ai raconté cet épisode de honte intersidérale où j’ai failli lui claquer la bise à la fin d’une consult’ ? Non, il ne vaut mieux pas, je suis encore enterrée six pieds sous terre rien que d’y penser 😆 ). La tarte au citron meringuée ? [MODE PSYCHOPATHE SANGUINAIRE ON] Je tuerai pour ça, même sans meringue !!! Le citron est merveilleux en curd (qu’on peut disposer au fond d’une verrine), en mousse, en glace (merveilleux citrons givrés), en cake et même en macarons à condition de bien doser l’acidité (https://www.adeline-cuisine.fr/recettes/macarons-au-citron/). Dans le salé, j’ai déterré rien que pour vous ce petit cheesecake au citron et à l’aneth pour changer de l’éternel combo chips – apéricubes (http://chichichoc.blogspot.fr/2017/01/mini-cheesecakes-sales-citron-et-aneth.html). Il est fabuleux dans les tajines, mais aussi avec les volailles. N’hésitez pas non plus à en mettre un chouïa dans vos sauces salade et dans les plats qui manquent un peu pep’s (jus et zeste, d’ailleurs). Je terminerai en vous donnant une recette hyper simple et désaltérante qui vaut de l’or en été : un demi citron pressé, allongé d’eau pétillante et plein de glaçons…ma définition du bonheur quand il fait plus de 25 degrés et que je ferais passer le bonhomme Michelin pour l’égérie de Weight Watchers.

Et voilà ! Je crois qu’après *raclement de gorge gêné* 6 pages Word de blabla, on peut raisonnablement dire qu’on a fait le tour 😉 Envie de me susurrer des mots doux à l’oreille ou de partager vos plus chouettes recettes ? C’est décidé, j’attends vos commentaires de pied ferme !

Je vous souhaite une très belle semaine, courage et à vendredi pour de nouvelles aventures.

Tendresse et quiche au poireau !

Manon Woodstock.

Publicités

2 réflexions au sujet de “10 fruits et légumes de mars sous les projecteurs”

  1. Encore un article qui m’a bien fait rigoler (j’ai adoré la référence à petit pied, et l’idée de se marier avec un plat ! :P) ! Merci pour tous ces bons conseils 😉

    J'aime

    1. Merci à toi pour ton commentaire ! Je suis ravie que nous ayons en commun d’adorer Petit pied (le dinosaure, pas mon pied hein 😛 ). N’hésite pas à venir partager une recette si une idée te reviens ! Belle fin de journée à toi !

      Aimé par 1 personne

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s