Cuisine

Comment j’ai sauvé Willy – Petit chou rabougri deviendra grand kimchi

Ah ! Willy !! Quel chou ! Je sais que c’est l’article que vous attendiez tous, que vous vous demandiez comment j’allais bien pouvoir sauver cette pauvre hère, ma foi un peu rabougrie mais encore fort vaillante !

Pour ceux qui n’ont pas suivi les fabuleuses aventures de Willy le chou chinois sur Instagram, je vous fais le topo rapidos. J’étais tranquillement en train de faire quelques emplettes chez OUNI, magasin de vrac à Luxembourg (sur lequel un article va arriver très très vite), quand nos regards se sont croisés. Il était tout seul dans sa cagette et me faisait les yeux doux. Il n’était visiblement pas de première fraîcheur, mais moi le physique, je m’en fous, et en plus, il était à 50%. Je me suis dit « Que nenni, je veux de toi dans ma vie ! et je vais te sauver, Willy ! »

Vous comprenez donc que ce brave chou ne m’a quasiment rien coûté et que ma mission du jour était de le cuisiner rapidement et accessoirement, d’en faire quelque chose de très bon. J’avais à cœur de montrer que les légumes moches ne sont pas une fatalité, que beaucoup de blocages qu’on peut avoir sont « dans la tête » et que ces petites merveilles sont à la fois goûtues et économiques. Franchement, pourquoi s’en priver ?

Willy et moi sommes donc rentrés bras dessus bras dessous à la maison. Ludo a vaguement haussé un sourcil du genre « Tiens, encore une nouvelle lubie ». Mais moi, j’y croyais dur comme fer ! C’était le moment de faire péter le kimchi.

Késako ? Le kimchi est une préparation à base de chou chinois fermenté qui est extrêmement populaire en Corée. Une collègue m’a même confirmé qu’ils en mangent à tous les repas. Et dieu sait que ça faisait des ANNEES que je voulais en goûter. Dans ces cas-là, la meilleure solution reste toujours de faire soi-même, à défaut de pouvoir aligner le prix du billet d’avion. Et j’ai décidé de me lancer. J’ai trouvé ma recette sur le blog Tout le monde en cuisine (https://toulemondencuisine.wordpress.com/2017/01/16/ma-recette-de-kimchi-facile/) et je l’ai librement adaptée à ma sauce.

20170414_155837

Tadaaaa !! je vous présente Willy en chair et en os !! Belle bête hein ?

Attention braves gens, c’est le moment d’éloigner les enfants ! Je vais libérer la psychopathe qui sommeille en moi et commettre un horrible crime passionnel !

20170414_160450

Nooooooonnnnn !! Willy !!!!!! *rire satanique et effrayant de Manon en arrière plan*

Ne vous inquiétez pas, c’est pour son bien 🙂 Plus d’explication sérieuses: il faut couper le chou en 4 dans la longueur, puis en tronçons de 3-4 cm. Les miens en font 5-6, mais que voulez vous, les mathématiques n’ont jamais vraiment été mon fort…et je suis sûre que ça sera bon quand même !

Après l’étape du massacre au couteau Top Chef, un petit bain et un égouttage de rigueur (au panier à salade pour ma part), il faut maintenant faire dégorger Willy: tout le chou file dans un saladier avec 4 cuillères à soupe de gros sel.

C’est à ce moment que tout est devenu très langoureux entre Willy et moi: on en a mis PARTOUT !!!! Après 5 minutes de passion débordante, il était tout enduit de sel et j’ai stoppé ses ardeurs à l’aide d’un film plastique. Zhou ! au lit ! Tu patienteras toute la nuit ! (entre deux bêtises, je précise quand même qu’il ne faut pas mettre le saladier au frigo, vous le laissez patienter gentillement dans un coin de la pièce)

20170414_161409

Le lendemain, tout le monde est enfin remis de ses émotions, Willy fait même moins le malin: il a diminué de moitié !

20170415_124516

Il faut bien le rincer et ne pas hésiter à faire plusieurs bains pour enlever l’excédent de sel. On repasse à l’essorage, toujours à l’aide de mon fidèle panier à salade. Ne tournez pas la manivelle comme si vous faisiez une course de F1, le chou est un peu plus ramolasse et il faut rester tendre 😀

Passons maintenant à l’étape de la sublimation. Parce que c’est bien beau tout ça, mais Willy se sent un peu seul dans ce grand saladier !!! Il décide donc d’inviter des copains pour faire la chouille du siècle 😀 Une poire, deux gousses d’ail, deux navets (la recette disais un radis noir ou blanc, ou à défaut un navet long mais ceux du Grand frais venaient d’Espagne et je préfère acheter des produits qui viennent de France) et 2cm de gingembre frais.

20170415_125312

Mais moi, comme je suis sanguinaire et hyper exclusive avec mon chou, je passe tout ce petit monde à la râpe !!! Pas de pitié ! Non mais oh ! C’est MON Willy !

La recette dont je m’inspire indique aussi des oignons nouveaux. Je me suis rappelée que je devais en acheter en payant à la caisse du Grand Frais…qui était surpeuplé comme si la prohibition venait d’entrer en vigueur. Les files de caisse allaient jusqu’à la moitié du magasin…J’ai même demandé à Ludo si quelqu’un n’avait pas déclaré la guerre à la France…Sont fous les gens ! Donc, Fuck off, on est des punks, pas d’oignons.

On ajoute ensuite à la préparation 2 cuillères à soupe de sucre, 2 cuillères à soupe de sauce poisson, 2 cuillères à soupe de sésame que j’ai un peu laissé bronzer à sec dans une poêle.

20170415_130846

Vous pouvez également agrémenter cette préparation de piment. Perso, j’ai ajouté deux piments oiseau et deux cuillères à soupe de paprika fumé. On aime quand ça arrache la bouche par chez nous  🙂

20170415_130930

Après avoir amoureusement mélangé cette mixture, vous obtenez une espèce de pâte qui ressemble vaguement à ça:

20170415_131459

Comme Willy a été particulièrement gentil et docile, il a le droit à un petit massage. Vous pouvez donc le malaxer dans cette mixture, histoire que tout soit parfaitement imprégné. Le blog tout le monde en cuisine conseille d’utiliser des gants pour cette étape, ce qui n’est pas bête dans le cas où vous avez utilisé du piment. Moi, j’avoue que j’ai fait sans, j’ai l’habitude des trucs qui arrachent et surtout, j’ai déjà fait le coup du « Oh merde, j’ai une poussière dans l’oeil » après avoir coupé un piment. Pour vous donner une idée de la sensation ressentie, on a l’impression qu’il va tomber de son orbite en se liquéfiant. Et ça dure au moins 5 minutes ! Donc faites gaffes ou optez pour l’astuce des gants (alimentaires hein, me sortez pas les gains en laine ou les gants de chantier 🙂 ).

La recette touche maintenant à sa fin (sa faim ?) et il est temps de laisser la magie de la macération opérer. Mettez la préparation dans un bocal hermétique et laissez la dans un endroit sombre et sec pendant au moins 3 jours. On peut le laisser macérer jusqu’à une semaine et je pense que je vais opter pour ce délai.

20170415_131853 (1)

Comme a dit mon chéri, ça a de la gueule ! Vous en pensez quoi ? En tout cas, j’espère que ça sera bon et je ferai mon possible pour faire goûter ça à quelqu’un qui a déjà mangé de l’authentique kimchi (pour apporter d’éventuelles améliorations). Au final, je pensais avoir beaucoup trop avec un chou entier et je n’ai fait qu’un bocal ! Si c’est bon, je ferai double dose le prochain coup car c’est vraiment facile, rapide et économique !

Je suis en tout cas très contente d’avoir réalisé cette première recette anti-gaspillage sous vos yeux esbaudis, j’espère que ça vous donnera l’inspiration pour sauver vos fruits et légumes en détresse 🙂

Il est temps pour moi de vous souhaiter, cher(e)s lecteur(rices), une excellente fin de dimanche et un bon lundi de Pâques. Ne mangez pas trop de chocolat, attention à la crise de foie 😉

Publicités

5 thoughts on “Comment j’ai sauvé Willy – Petit chou rabougri deviendra grand kimchi”

  1. Quelle Corée ?!
    Celle du sud? Ils vont me stresser le Willy!
    Celle du Nord ? Vite, il faut sauver le soldat Willy, il est dans le viseur de Donald le fou.
    La file au Grand Frais ? Installez – vous à Biarritz, c’est super cool au Grand Frais de la ville qui a ouvert en octobre dernier : des fromages divins, des légumes souvent espagnols mais la tomate Divina d’Italie est incomparable(ment chère); et surtout, le magasin n’est pas (encore) très fréquenté, mais il est super bien fréquenté : la preuve !

    J'aime

      1. Oui, un Grand Frais a bien ouvert chez les Indiens des Pyrénées-Atlantiques. C’est qu’il y a du pouvoir d’achat au Pays basque ! J’ai tout de même noté que le Grand Frais n’a pas remplacé les emballages plastifiés des fruits et légumes par des sacs écolos (sans même parler des E520,E530, et autres sulfites contenus dans les crevettes du magasin). C’est pourquoi, je continue à privilégier le marchand de fruits et légumes de mon quartier, aux mains de petits jeunes qui connaissent vraiment leur boulot (ils ne vendent pas leurs produits comme des savonnettes) et sont très soucieux de développement durable : prime aux produits locaux bio ou pas, emballages, paniers, mise en avant d’agrumes à la triste figure (je ne parle pas ici du chou de Manon) mais pas trafiqués comme les citrons encaustiqués du supermarché voisin; bref, pas le genre non plus ( comme trop d’autres au niveau local) à commercialiser des kiwis de nouvelle – Zélande alors que le Béarn voisin s’est spécialisé depuis 15 ans dans le kiwi.Etc…

        J'aime

Exprime toi mon ami(e) !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s